Publié le 24 Octobre 2020

Fnac Darty cherche à étoffer ses équipes de techniciens, partout en France, dont il assure la formation.

 

Fnac Darty vend mais assure aussi la réparation des appareils électroménagers. Un pan important de son activité puisque les techniciens ont réalisé près de 2,5 millions interventions en SAV l’année dernière. L’activité s’accélère aujourd’hui avec le développement de la transition énergétique et la recherche d'une meilleure durabilité des appareils.

"On fait de la réparation, près de 700.000 interventions chez nos clients, par nos techniciens SAV. Ils sont formés, ce sont de vrais experts passionnés qui sont proches de nos clients", explique Mehdi Damani, directeur des opérations SAV chez Fnac Darty, sur BFM Business.

Aujourd’hui le groupe renforce ces effectifs avec 500 techniciens "ou techniciennes, nous en avons déjà recruté", précise-t-il. Les jeunes avec un CAP électrotechnique ou électromécanique, voire un Bac technique sont les bienvenus.

Les quinqua sont les bienvenus

"Nous avons la chance d’avoir une école de formation, l’Academie Fnac Darty au siège à Paris", précise Mehdi Damani. Le groupe travaille aussi avec deux centres de formation présents sur toute la France

"Nous avons déjà formés une soixantaine de jeunes au mois d’octobre l’année dernière. Ils vont sortir avec leur diplôme qualifiant au mois de septembre. Ils vont être intégrés au mois d’octobre", ajoute le directeur des opérations SAV.

Fnac Darty recrute également des personnes en reconversion. "On a de tout, on a intégré récemment des techniciens d’une cinquantaine d’années, nous sommes là pour les accompagner", ajoute-t-il.

Ce sont des postes en CDI pour toute la France qui vont rejoindre la centaine de sites qui assurent les interventions à domicile pour toute la France.

Fnac Darty, premier réparateur en France, recrute 500 techiciens SAV en CDI

BOULIN Dominique 

Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 18 Octobre 2020

Ouverture du premier shop in the shop
Decathlon au sein d’un hypermarché Auchan

Après avoir effectué 5 tests dans des hypermarchés français depuis avril dernier,
Auchan Retail et Décathlon accélèrent leur partenariat ce mercredi 14 octobre
2020. Auchan Retail et Decathlon inaugurent en effet le premier test d’un shop in
the shop dans l’hypermarché Auchan de Saint-Jean de la Ruelle (45). Cette
expérimentation s’inscrit dans la droite lignée de celles menées par Auchan
Retail pour transformer ses hypermarchés en des lieux offrant aux clients des
expériences d'achat inédites. Extension du magasin Decathlon Orléans sud, ce
shop in the shop a pour objectif d’accompagner le client du pré-shopping au
service après-vente et de lui faciliter l’achat.

Par cette collaboration, c’est un parcours inédit qui est proposé aux clients, avec
la possibilité, dans un même lieu, de réaliser ses achats du quotidien et d’avoir
accès à une offre sportive technique et accessible.

Un nouveau terrain de jeu
Installé à l’entrée de l’allée principale du magasin, face au rayon textile, ce shop in the shop
de 360m2 confirme la volonté de Decathlon d’aller à la rencontre du client, au plus proche
de son lieu de vie. On vient y chercher un conseil.
On y partage sa passion avec les 7
collaborateurs Decathlon détachés
sur le projet. Et bien sûr, le meilleur des services y est
disponible comme :
● l’e-Resa : possibilité de commander directement sur le site Decathlon.fr et venir
récupérer son achat dans l’heure dans le shop in the shop ;
● l’accès aux bornes pour commander rapidement et ceci sur l’ensemble de l’offre ;
● le Click & Collect autonome et gratuit ;
● les divers moyens de paiement facilités (comme le scan and pay, ...) ;
● les diverses options dédiées à la réparation de vélos proposées à l'Atelier de Decathlon
Orléans sud, l’Atelier régional et le partenariat avec Cyclofix.

Une nouvelle vocation de l’hypermarché
Auchan Retail France impulse à ses hypermarchés une nouvelle dynamique. Ouverts à leur
écosystème, ils deviennent de véritables lieux de liens et d’expériences. On s’y rend pour
faire ses courses, mais pas seulement. On vient aussi y participer à un cours de cuisine ou

2/2

d’œnologie. On y découvre des producteurs locaux venus faire déguster leurs produits. On
y déjeune sur le pouce ou dans une véritable brasserie implantée au cœur du magasin. On
y chine des tenues de seconde main avec Patatam. On vient encore y rencontrer des
spécialistes de l'électronique et de l'électroménager avec Boulanger ou Électro Dépôt, de
la culture et des loisirs avec Cultura et du sport avec l'une des marques préférées des
Français : Decathlon. En mode plateforme, le plus grand des formats d’Auchan Retail se
réinvente.

 

La franchise corner ou shop in shop est un type de franchise récent en France et qui devient de plus en plus utilisé car il est très pratique pour mettre en place et tester un concept. Souvent accessible sans droit d’entrée et avec un investissement réduit, le corner permet au franchisé d’évaluer le concept avant de se lancer dans un projet plus grand et plus coûteux: celui d’une franchise.

DÉFINITION DU CORNER

 

La franchise corner, appelée également shop in shop, est un concept en franchise destiné à être implanté au sein d’un autre commerce. Cet autre commerce peut être un grand magasin, une grande surface, un lieu public (aéroport, gare…).
Le shop in shop peut prendre la forme d’un stand, d’un rayon, d’une vitrine, d’un comptoir ou encore d’un présentoir.

D’un point de vue juridique, il n’y a aucune différence entre un corner et une franchise. Un contrat définit la disposition de cet espace ainsi que le produits et services qui y sont proposés. Ce contrat peut inclure une clause d’exclusivité territoriale et doit, théoriquement, se conformer aux conditions dictées par la Loi Doubin.

Les franchises shop in shop sont très souvent utilisées par les enseignes de prêt-à-porter, de produits cosmétiques, de restauration à emporter…

LES AVANTAGES DU CONCEPT CORNER

La franchise corner est un peu comme une mini franchise permettant de tester un concept, très utile pour un entrepreneur qui veut avoir une meilleure vision de son projet avant d’investir dans une franchise.

Ouvrir un shop in shop plutôt qu’une franchise permet de minimiser les risques mais également l’investissement: moins d’aménagements à mettre en place, des stocks limités…

Après la période de test, le franchisé a le choix entre conserver son corner ou se lancer dans un projet plus grand, une franchise à part entière!

Choisir d’ouvrir un corner permet également de bénéficier d’un contrat plus souple. De plus, étant donné qu’un corner peut souvent être une 1ère étape avant le lancement d’une franchise complète, le franchiseur n’hésitera pas à offrir un accompagnement de qualité afin de convaincre son franchisé d’implanter un point de vente franchisé et de contribuer ainsi au développement du réseau.

Il faut aussi savoir que l’ouverture d’un corner, souvent, ne demande pas de verser de droits d’entrée ou de royalties, mais seulement une marge sur les produits, à son franchiseur.

Enfin, le corner permet de développer la notoriété de l’enseigne hébergée tout en permettant à l’enseigne « hôte » de rentabiliser la surface de son magasin en proposant des produits complémentaires à ses clients.

 

BOULIN Dominique 

Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 1 Octobre 2020

 

Concernant les modalités du PSE :

5 grandes étapes.

1ère étape avec 2 phases :

1ère phase :

- la période de départ volontaire  à la mobilité externe : (débutera au lendemain de l’affichage de la décision d’homologation/validation par l’administration et pour une période de 2 mois) pour les salariés concernés par des catégories professionnelles incluant des postes du SAV et d'autres périmètres.

Attention, des modalités de départ sont imposées en fonction de la date de suppression des postes. En l'occurrence pour les salariés dont la suppression des postes intervient en novembre 2021, la période de volontariat débutera en juin 2021 et pour la suppression des postes intervenant en octobre 2022, la période de volontariat débutera en mai 2022.

Également pour les salariés du SAV concernés par des catégories professionnelles impactées par le projet de réorganisation qui seraient volontaires et qui auraient déjà retrouvé un contrat de travail à durée indéterminée à l'extérieur des sociétés du groupe Auchan Retail France et dont la date d’embauche serait avant l'ouverture à la période de volontariat, ils pourraient bénéficier d’une suspension de leur contrat de travail non rémunérée (sous réserve de l'avis favorable du CCSE de l'UES Auchan Retail Exploitation) (sous certaines conditions, nous consulter).

Le principe du volontariat à la mobilité externe est d'éviter au maximum à l'entreprise le licenciement contraint de salariés licenciables.

Tout personne refusant la modification de son contrat de travail sera également éligible au volontariat.

Volontariat permettant également le positionnement d'un salarié de la même catégorie professionnelle dont la suppression de son poste est envisagé, au salarié se portant volontaire à une mobilité externe.

La société s'efforcera au préalable de cette période de volontariat à proposer des postes de reclassement interne au sein des entreprises du périmètre situé sur le territoire national et correspondant à leurs qualifications et à leurs compétences professionnelles et ce selon certaines modalités (nous consulter).

2ème phase :

- Proposition de modifications de contrats de travail :

Chaque salarié concerné recevra une proposition écrite de modification de son contrat de travail par lettre recommandée avec accusé de réception. Délai de réponse 1 mois à compter de sa réception pour faire connaître son souhait d'acceptation ou de refus. A défaut de réponse, la modification sera considéré comme accepté par le salarié. En cas de refus négatif, le salarié sera considéré comme licenciable et il pourra se porter volontaire dans les conditions définies ci-dessus.

 

2ème étape : Détermination et information des salariés licenciables après application des critères d'ordre de licenciement :

Salariés impactés par des suppressions de postes. La direction informera par courrier recommandé avec accusé de réception les salariés licenciables et non licenciables.

Attention, cette qualification de licenciable peut être amené à évoluer au cours du déroulement du PSE.

 

3ème étape : Phase de reclassement interne :

Sera adressé à tous les salariés concernés par ce reclassement interne une liste des postes disponibles au sein des entreprises du périmètre Auchan Retail France situés sur le territoire national et en fonction des qualifications et compétences professionnelles de chacun (Bourse à l'emploi d’Auchan).

 

4ème étape : Notification des licenciements pour motif économique : mise en oeuvre de dispositifs de reclassement externe.

 

5ème étape : Phase de reclassement externe: mise en place au bénéfice des salariés licenciés pour motif économique.

 

Concernant l’accompagnement :

2 étapes par la société Alixio Mobilité :

Un Espace Information Conseil (EIC) : Toutes questions pourront leur être adressé.

Un Espace Mobilité Emploi (EME) : intervention à compter de la rupture du contrat de travail et pour les personnes souhaitant bénéficier d’un accompagnement au repositionnement externe

 

Je tiens à remercier Christian (secrétaire ) du CSE

 

BOULIN Dominique 

Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 1 Octobre 2020

 

les suppressions de Postes Site par Site

 

Plateforme de la Pilaterie :

Effectif actuel : 47.

Effectif cible :

14 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

2 managers activité Métiers Sédentaires,

1 manager activité Réparation à Dcl.

1 ROC  activité Réparation à Dcl,

5 gestionnaires sav activité Métiers Sédentaires,

1 assistante suivi client activité Métiers Sédentaires,

1 technicien administratif ou comptable activité Métiers Sédentaires.

Suppressions de postes ::

1 poste de directeur,

1 manager,

3 postes d'installateur poseur,

13 postes de dépanneur atelier,

2 postes d'employé logistique/réception,

1 poste d'employé de livraison,

1 poste de commercial produits et service

 

Plateforme de Courcelles les Lens :

Effectif actuel : 60.

Effectif cible:

17 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

2 managers à domicile  activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl,

7 gestionnaires sav  activité Réparation à Dcl,

1 poste d'assistant suivi client  activité Réparation à Dcl,

1 poste de technicien administratif ou comptable.

Suppressions de postes :

3 managers,

9 postes de dépanneur atelier,

8 postes de gestionnaire sav,

1 poste de clientèle et services sav,

1 poste d'employé de livraison,

8 postes d'installateur poseur,

1 poste de livreur installateur.

 

Plateforme de Bordeaux :

Effectif actuel : 38.

Effectif cible :

13 dépanneurs sav domicile activité Réparation à Dcl,

1 manager  activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl;

Suppressions de postes :

1 poste de directeur,

3 postes de manager,

4 postes de dépanneur atelier,

4 postes d'installateur poseur,

1 poste d'installateur suivi client,

7 postes de gestionnaire sav,

1 poste de technicien administratif ou comptable,

2 postes d'employé d'entrepôt logistique/réception.

 

Plateforme de Chassieu :

Effectif actuel : 37.

Effectif cible :

12 dépanneurs sav à domicile  activité Réparation à Dcl,

1 adjoint contrôleur de gestion activité Comité de Direction et ses services Support,

1 manager  activité Réparation à Dcl,

1 ROC activité Réparation à Dcl.

Suppressions de postes :

1 poste de directeur,

3 postes de manager,

5 postes de dépanneur sav atelier,

6 postes d'installateur poseur,

5 postes de gestionnaire sav,

2 postes d'employé logistique/réception.

 

Plateforme de Paris Est ( Croissy) :

Effectif actuel : 33.

Effectif cible :

14 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

1 manager  activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl.

Suppressions de postes :

2 postes de manager,

8 postes de dépanneur atelier,

1 poste d'installateur poseur,

1 poste d'assistant suivi client,

4 postes de gestionnaire sav,

1 poste d'employé logistique/réception.

 

Plateforme du Havre :

Effectif actuel : 30.

Effectif cible :

10 dépanneurs à domicile activité Réparation à Dcl,

1 responsable de pôle SI,

1 manager  activité Réparation à Dcl.

Suppressions de postes :

1 poste de directeur,

3 postes de manager,

5 postes de dépanneur atelier,

3 postes d'installateur poseur,

1 poste d'assistante suivi client,

5 postes de gestionnaire sav.

 

Plateforme d'Avignon ( le Pontet) :

Effectif actuel : 41.

Effectif cible :

18 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

1 manager  activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl.

Suppression de postes :

1 poste de directeur,

1 poste de manager,

2 postes de dépanneur atelier,

6 postes de gestionnaire sav,

2 postes de techniciens administratif ou comptable,

1 poste de commercial produits et services,

8 postes d'installateur poseur

 

Plateforme de Metz :

Effectif actuel ; 39.

Effectif cible :

13 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

2 managers  activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl.

Suppression de postes :

1 poste de directeur,

2 postes de manager,

4 postes de dépanneurs atelier,

5 postes d'installateur poseur,

1 poste d'assistante suivi client,

8 postes de gestionnaire sav,

1 poste d'employé de livraison,

1 poste de livreur installateur,

 

Plateforme du Mans :

Effectif actuel : 44.

Effectif cible :

12 dépanneurs à domicile activité Réparation à Dcl,

1 manager activité Réparation à Dcl,

1 ROC  activité Réparation à Dcl.

Suppressions de postes :

1 poste de directeur,

2 postes de manager

2 postes de coordinateur d'équipe,

6 postes de dépanneur atelier,

5 postes d'installateur poseur,

1 poste d'assistant suivi client,

11 postes de gestionnaire sav,

1 poste de technicien administratif ou comptable,

1 poste de commercial produit et services.

 

Plateforme de Trappes :

Effectif actuel : 65.

Effectif cible :

15 dépanneurs à domicile  activité Réparation à Dcl,

3 managers activité Réparation à Dcl.

8 dépanneurs atelier activité Métier Sédentaire,

9 gestionnaires sav activité Métier Sédentaire,

2 assistants suivi client  activité Métier Sédentaire,

11 techniciens administratifs ou comptables activité Métier Sédentaire,

1 employé logistique /réception métier sédentaire activité Métier Sédentaire.

Suppressions de postes :

1 directeur,

2 managers,

2 postes de coordinateur d'équipe,

4 postes d'installateur poseur,

1 poste de livreur installateur,

1 poste d'assistant commercial,

2 postes d'employé d'accueil et vente,

1 responsable clientèle et service sav,

1 poste de responsable de pôle SI,

1 poste de responsable informatique magasin.

 

Plateforme d'Aubagne :

Effectif actuel: 44.

Effectif cible :

16 dépanneurs à domicile activité Réparation à Dcl,

2 managers activité Réparation à Dcl,

1 ROC activité Réparation à Dcl,

4 dépanneurs atelier activité Métier Sédentaire,

10 gestionnaires sav activité Métier Sédentaire,

1 assistant suivi client activité Métier Sédentaire,

1 technicien administratif ou comptable.

Suppression de postes :

1 poste de manager,

7 postes d'installateur poseur,

1 poste de commercial produits et services.

 

Je tiens à remercier Christian (secrétaire ) du CSE

 

BOULIN Dominique 

Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

 









 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 30 Septembre 2020

Les 1475 postes supprimés chez Auchan (1088 nets) ont fait la une des magazines en cette rentrée. Pour les syndicats l'emploi aurait pu être épargné. Mais pour Auchan Retail, dirigé par Jean-Denis Deweine, il s'agit de continuer le plan de transformation des hypermarchés du groupe nordiste. Et le secteur qui a été le plus touché par les licenciements est celui du service après-vente, avec la fermeture de 9 centres de réparation sur 11 et 434 emplois supprimés, soit plus d'un tiers du total des suppressions de postes.

Auchan Retail France, un tiers des emplois supprimés issus du SAV

La fermeture du SAV dans la logique de la cornérisation des hypers ?

 

Auchan Retail France annonce être "passé à la deuxième phase de son plan de transformation. Il porte, d’une part, sur l’adaptation de l’organisation des hypermarchés, de la chaine marchandise et du service après-vente. Ce projet aboutirait à la suppression nette de 1 088 emplois actuellement occupés (1 475 postes seraient supprimés, dont 10 vacants, et 377 postes seraient créés). Il repose d’autre part sur l’activation d’un axe stratégique majeur de développement autour de la proximité digitale, axe qui pourrait permettre la création de 600 postes environ"

Plus de digital donc, plus de drive, notamment piéton mais aussi et sans doute la continuation de la cornerisation des hypers, ce qui explique sans doute le quasi-démantélement du SAV chez Auchan.

Pour Auchan Retail,  "la digitalisation du service après-vente permettrait de renforcer l’autonomie du client dans la prise en charge et de répondre au recul du marché de l’électronique grand public qui a entrainé la baisse d’activité du SAV de 45% en 10 ans."

En conséquence, le projet entrainerait la fermeture de 9 des 11 centres de réparation (ceux de Aubagne et Trappes seraient conservés) et la suppression des accueils SAV en hypermarché. La transformation des fonctions SAV entrainerait la suppression de 434 emplois (490 postes supprimés et 56 postes créés).  "Sur des services comme le SAV, on ne s’attendait pas à autant" , a réagi Christophe Delay (FO) chez nos confrères de Ouest-France.

On savait que depuis un certain temps les hypermarchés ne souhaitaient plus s'engager dans la vente de biens techniques, et que ce soit Darty chez Carrefour, Cdiscount chez Casino et bien sûr Boulanger chez Auchan, les enseignes spécialisées s'installent dans les allées des hypermarchés. Un concept de marketplace physique, qui en effet délégue la vente mais aussi les services inhérents aux biens techniques.

 

 
« Aujourd’hui, nous engageons la seconde étape de notre plan de transformation. La dynamique impulsée depuis plusieurs mois délivre des premiers résultats encourageants mais fragiles et insuffisants. Néanmoins, nous sommes dans la bonne direction, direction confirmée par les enseignements de la crise sanitaire. Adapter nos fonctionnements et organisations opérationnels et partir à la conquête des centres urbains par la proximité digitale, doivent nous permettre de répondre aux attentes des habitants de nos zones de vie et de retrouver le chemin d’une croissance durable et rentable», a déclaré Jean-Denis Deweine, Directeur général d’Auchan Retail France.

Une seconde étape avec déjà des résultats ?

Voici ce que déclare Auchan retail quant aux effets de ce plan de transformation :

'Auchan Retail France contribue, au premier semestre 2020, au redressement des performances d’Auchan Retail. Ainsi grâce au travail visant à retrouver l’excellence opérationnelle conduit par les équipes françaises, le chiffre d’affaires France a progressé de + 0,8% (à comparable et hors essence). La rentabilité a progressé de 79%, mais le résultat opérationnel reste négatif, le chiffre d’affaires digital représente, quant à lui, désormais 12% du chiffre d’affaires total sur le semestre (soit une croissance de 33%).
Ces résultats tangibles démontrent la pertinence de la première étape de la transformation. En revanche, si cette tendance est encourageante, la situation reste encore très fragile. Les surcoûts engendrés en matière de transport et de sécurité sanitaire ainsi que les nouvelles craintes des clients notamment vis-à-vis des grandes surfaces commerciales, ont défavorisé les hypers et ont pesé sur la situation économique d’Auchan Retail France.'

Auchan Retail France, un tiers des emplois supprimés issus du SAV
Les drive, avec un chiffre d’affaires en hausse de 50% pendant le confinement, sont apparus comme une solution bien adaptée au consommateur d’aujourd’hui, dans un contexte toujours marqué par le risque sanitaire.

Drive et digitalisation

La crise du Covid-19 fait qu' Auchan analyse ainsi les conséquences : "les clients ont massivement plébiscité le multicanal, choisi le digital, la livraison à domicile ou le drive." 
Pour autant, la préférence du consommateur pour des formats de proximité s’est accélérée. Le poids de ce canal a reculé de 8% de mi-mars à mi-avril, puis de 7%. Enfin, le recours au digital qui était en émergence progressive avant le confinement, est devenu un mode normal d’approvisionnement pendant la crise, y compris dans l’alimentaire.
Dans ce contexte, Auchan Retail France a défini ses orientations stratégiques et les a présentées récemment aux instances représentatives du personnel. A cette occasion, Auchan Retail France a réaffirmé sa volonté de simplifier la vie des habitants en développant de nouveaux services phygitaux.
Le digital, en complément du commerce physique, doit permettre de simplifier l’expérience de courses et de faire gagner du temps aux habitants de chaque zone de vie. Ces services digitaux qu’il s’agisse de drive ou de Auchan Piétons, de lockers, de livraison à domicile ou de e-commerce, dessinent une nouvelle proximité digitale désormais plus en phase avec les nouvelles attentes des consommateurs.
L’ambition à l’horizon 2022 est de doubler le chiffre d’affaires alimentaire en commerce digital et de réaliser ainsi plus de 15 % du chiffre d’affaires global hors des structures physiques hypermarchés et supermarchés.
Par ailleurs, un axe majeur de développement est engagé. 300 Auchan Piétons seront créés en 2021, permettant ainsi à Auchan Retail France de répondre aux nouvelles demandes de proximité des consommateurs urbains. Ces drive permettraient la création d’environ 600 emplois.

source : https://www.neomag.fr/article/9349/auchan-retail-france-un-tiers-des-emplois-supprimes-issus-du-sav?fbclid=IwAR30d3-F7GunenyZLdHk0K-uGJiyUXG7AKuhiMY-7giCwZMpSoR7hM2syIY

 

 BOULIN Dominique 
Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 27 Septembre 2020

En annonçant la perspective d'une année 2020 meilleure que 2019 et le recrutement à la rentrée de 1 000 jeunes, en alternance ou apprentissage, Boulanger fait souffler un vent d'optimisme qui fait du bien en cette période. Et démontre que les biens techniques font mieux que résister aux effets de la Covid-19.

Boulanger veut faire profiter les jeunes de ses bons résultats

Jusqu'ici tout va bien

Boulanger pourrait atteindre un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros en fin d'année, supérieur à celui de 2019. C'est ce qu'a annoncé via l'AFP le Directeur Général de Boulanger France, Emmanuel Deschamps, tout en ajoutant : "on a nos trois grandes activités, l'électroménager, le loisir avec les TV et consoles, et la bureautique, qui sont très porteurs et continuent à l'être aujourd'hui".

Si Boulanger a souffert du confinement, comme tout le commerce, avec des ventes divisées par deux, le déconfinement a lui été synonyme de doublement de ces mêmes ventes.

Il faut dire que Boulanger a su réagir en mettant en place un système de drive plutôt bien conçu, relancer la vente par téléphone et axer sa communication sur l'humain et  l'entraide avec notamment les actions de la Fondation Boulanger.

"On n'est plus sur du rattrapage, mais dans un mode de vie qui va être durable tant que le virus va être présent et cela peut durer un certain temps", analyse Emmanuel Deschamps qui indique également sur Linkedin, souhaiter "apporter une solution à toute une génération qui pourrait être sacrifiée au moment de son entrée dans le monde du travail."

Boulanger veut faire profiter les jeunes de ses bons résultats
 

1000 jeunes, 1000 solutions

"1000 jeunes, c’est environ 9% de notre effectif global et donc une mobilisation considérable de nos équipes pour accueillir et contribuer au bien commun mais aussi une preuve de leur vision positive de performance long terme de nos entreprises. Merci à toutes équipes pour leur engagement !" écrit Etienne Hurez, CEO de Boulanger, dans un article posté sur Linkedin

Et c'est aussi trois fois plus que le nombre normal de contrats proposés habituellement via l'apprentissage et l'alternance. Avec à l'issue de ces contrats une majorité d'embauches définitives, "pour ceux qui le souhaitent" précise Emmanuel Deschamps.

 

BOULIN Dominique 
Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 26 Septembre 2020

L’Ademe a rendu publics ses travaux intitulés « Évaluations environnementales et économiques de l’allongement de la durée d’usage de produits de consommation et biens d’équipements», appuyés par une étude « les Français et la réparation cofinancée par Fnac Darty. Le contenu est intéressant et présage de futurs changements dans la consommation, et donc l’achat, de biens techniques. Mais, surtout, ne met plus en avant le concept d’obsolescence programmée en lui préférant celui, plus fondé, d’obsolescence culturelle. Explications…

 

 

 

Ces travaux de l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) ont été récemment rendus publics dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur l’Économie Circulaire*, dont les premiers éléments ont été présentés en novembre dernier lors du lancement de la Campagne « Nos objets ont plein d’avenirs ». Selon l’agence, les travaux ont porté sur trois types d’allongement de la durée d’usage : conserver un an de plus un équipement qui atteint sa « durée d’usage moyenne » **, lutter contre l’obsolescence culturelle ou marketing en conservant un équipement plutôt que de l’abandonner ou de le changer, et faire réparer un équipement (suite à une panne, ou endommagé) pour prolonger sa durée d’usage. 

Mais avant de détailler ces trois points, il est intéressant de constater que l’Ademe n’utilise pas le terme d’obsolescence programmée mais lui préfère celui d’obsolescence culturelle, voire d’obsolescence perçue. Des nuances qui semblent plus positives et réalistes, notamment en ce qui concerne l’électroménager. Il s’agit donc ici de « mauvaises habitudes » qu’auraient les consommateurs, en ne se posant pas la question de la réparation ou tout simplement pour disposer d’un appareil plus récent. 

Voici donc les analyses de l’Ademe…

 Allonger la durée d’usage totale des équipements du foyer : des bénéfices environnementaux et économiques pour le consommateur 

Dans son étude portant sur plusieurs équipements et biens de consommation courante (téléviseur, ordinateur portable, smartphone, four électrique, lave-vaisselle, lave-linge...), l’ADEME révèle qu’il est toujours économiquement favorable pour le consommateur de : 

Ne pas remplacer un équipement pour des raisons d’obsolescence perçue, c’est-à-dire une volonté de changer par l’utilisateur alors que l’équipement fonctionne toujours (allongement sans réparation) : dans ce cadre, cela permet une économie de 112€/an pour un ordinateur portable, 96€/an pour un smartphone 5,5’’ et 169€/an pour un robot tondeuse. 


Allonger la durée d’usage après une panne ***, à l’exception de quelques équipements (par exemple le sèche-linge à évacuation ou la télévision 30- 40 pouces) : réparer une tondeuse thermique qui tombe en panne à l’âge de 5 ans (soit à « demi-vie ») permet une économie de 86 €/an, soit une économie totale de 430 € pendant sa durée d’allongement (5 ans). 
Par ailleurs, allonger la durée d’usage des produits ne permet pas seulement de
réaliser des économies d’ordre financier, cela permet également de réaliser des économies de CO2 grâce aux impacts évités pour la fabrication d’un produit neuf. 
A titre d’exemples :
En faisant réparer ses équipements : 

Faire réparer une télévision (40-49’’) qui est tombée en panne à demi-vie permet de réaliser une économie de 90 kg CO2-eq, soit l’équivalent de 350 kilomètres en voiture. 


Pour un lave-linge, l’économie réalisée est de 100 kg CO2-eq soit 390 kilomètres. 
En ne cédant pas à l’envie de changement ou aux effets de mode : 


Conserver son téléviseur 40-49’’ (qui fonctionne encore !) permet un gain de 170 kg CO2-eq, soit 670 kilomètres 
en voiture. 


Pour un smartphone 5,5’, les gains sont et de 20 kg CO2-eq, soit 70 kilomètres en voiture.

 


 

 

Extrapolation à l’échelle d’un foyer français 

L’Ademe analyse les potentiels impacts environnementaux et économiques de l’allongement de la durée d’usage de 11 équipements électriques et électroniques présents dans la maison (multimédia, électroménager) : 

Si chaque foyer français allonge d’un an la durée d’usage totale de chacun des 11 produits étudiés, au lieu de les remplacer, sur une période de 10 ans, chacun des foyers pourrait économiser 963 € soit 96€ par an et contribuer à éviter l’émission d’environ 219 Kg de CO2-eq sur une période de 10 ans, soit 22 Kg de CO2-eq par an. 

Si l’ensemble des foyers français faisaient de même, ils pourraient :


Economiser environ 27 milliards d’euros pour un allongement de 1 an sur la période de 10 ans, soit 2,7 milliards d’€  par an ;


Eviter l’émission d’environ 6 millions de tonnes de CO2-eq pour un allongement de 1 an sur une période de 10 ans,  soit 0,6 millions de tonnes de CO2-eq par an. 

Lutter contre l’obsolescence culturelle et systématiser la réparation

L’économie réalisée tient compte également des consommations d’eau et d’énergie de ces équipements.
*** Il est à noter que l’avantage ou le désavantage économique lié au remplacement d’un équipement suite à une panne dépend fortement : du coût de réparation (des pistes de réflexion pour rendre le coût de réparation moins onéreux ont été identifiés dans l’étude ADEME « Les Français et la réparation ») et du moment auquel arrive la panne. De plus, l’ampleur du bénéfice dépend de la durée de l’allongement de la durée d’usage. Plus celle-ci est longue plus le bénéfice est grand. 

Entretenir ses équipements, les réparer ou les faire réparer, conserver et utiliser plus longtemps des appareils qui fonctionnent encore (en évitant les effets de mode) ... mais aussi fabriquer des produits éco-conçus, plus robustes, plus facilement réparables, concourt à réduire les consommations de matières nécessaires à leur fabrication et les émissions de gaz à effet de serre. 

Il est constaté que 14% des Français remplaceraient leur équipement alors qu’il fonctionne encore. Lutter contre l’obsolescence culturelle est donc un élément clé pour réduire notre impact environnemental. Il est également indispensable d’assurer le bon entretien des produits pour éviter un renouvellement trop fréquent des équipements. A titre d’exemple, le baromètre Fnac-Darty a ainsi révélé que 50% des retours SAV sont liés à un mauvais entretien ou une mauvaise utilisation. 

La réparation est aussi essentielle pour permettre aux objets de vivre plus longtemps et ainsi réduire l’impact environnemental causé par la fabrication et le transport d’équipements neufs

Les Français ont progressivement intégré ce réflexe dans leur conception de la consommation : 81% d’entre eux ont une image positive de la réparation.
En revanche, le passage à l’action reste encore assez faible pour l’ensemble de la population française : seulement environ un Français sur trois répare un produit tombé en panne et un sur deux le remplace. Aujourd’hui, les freins à la réparation demeurent nombreux : le coût de la réparation par rapport au prix du produit neuf, les délais de réparation, le manque d’informations sur la réparation et le manque de visibilité des réparateurs. 

Parallèlement à ces différents freins, les Français perçoivent plusieurs bonnes raisons à faire réparer leurs appareils : la démarche écologique, l’avantage économique, la contribution à l’économie locale. Pour limiter les freins et favoriser le passage à l’action, la réparation, un des piliers de l’économie circulaire, doit gagner en visibilité grâce à plusieurs actions : en agissant sur le coût, en facilitant les étapes de réparation, en rassurant sur la qualité des prestations et en montrant davantage la pertinence de la réparation. 

* La Loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire transpose dans le droit français les mesures de la feuille de route de l'économie circulaire et les derniers textes européens. Cette loi entend accélérer le changement des modèles de production et de consommation afin de réduire les déchets et préserver les ressources naturelles, la biodiversité et le climat.


** Définition : La durée d’usage correspond au laps de temps pendant lequel le produit est utilisé, i.e. en état de marche et prêt à l’emploi, par un utilisateur donné. Elle est propre à un utilisateur/foyer. La durée d’usage totale est la somme des durées d’usage

*** Il est à noter que l’avantage ou le désavantage économique lié au remplacement d’un équipement suite à une panne dépend fortement : du coût de réparation (des pistes de réflexion pour rendre le coût de réparation moins onéreux ont été identifiés dans l’étude ADEME « Les Français et la réparation ») et du moment auquel arrive la panne. De plus, l’ampleur du bénéfice dépend de la durée de l’allongement de la durée d’usage. Plus celle-ci est longue plus le bénéfice est grand.

 

 BOULIN Dominique 
Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 23 Septembre 2020

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 19 Septembre 2020

 

 Simplifier votre quotidien.

Le SAV mais pas seulement.

Persuadé que la technologie ne doit être que simplification, gain de temps & confort pour nos clients,

nos 650 spécialistes basés sur toute la France sont dévoués à simplifier votre quotidien.

Qu'il s'agisse d'installer, de dépanner tout votre matériel, de vous fournir des pièces détachées, de vous accompagner dans l'appréhension des nouvelles technologies, nous avons les solutions.

 

 Auchan Services c’est 700 000 interventions par an réalisées par 320 techniciens.

Nos 11 centres de réparation & de services nous assurent une couverture d'une grande partie du territoire de la France Métropolitaine (hors corse).

Nos tarifs & prestations

INFORMATIQUE
 
N'hésitez pas à contacter un(e) conseiller(e) afin de prendre rendez vous pour votre devis

tarifs

Devis (appareil déposé en magasin, comptoir SAV)

Forfait prise en charge, devis sur demande. 

 

20€*

 


tarifs

Dépannage informatique pc & mac à domicile. 

FORFAIT MAIN D'OEUVRE + DEPLACEMENT

* * Facturation minimum d'1/2 heure incluse au forfait : au-delà facturation par 1/4 d'heure. Tout 1/4 d'heure commencé sera facturé. Tarifs valables jusqu'au 31/12/2017.

69€*

 

 


tarifs

Restauration Système d'exploitation (appareil déposé en magasin). 

FORFAIT MAIN D'OEUVRE

Restauration usine du logiciel d'exploitation windows, tests complets sur bancs d'essai. Sauvegarde des données non incluses. 

56€*

 

 


tarifs

Mise en service ordinateur (appareil déposé en magasin). 

FORFAIT MAIN D’ŒUVRE. 

Démarrage de l'appareil, configuration et explications des fonctions de base de l'ordinateur. Contrôle complet de fonctionnement. 

39€*

 

 

 

 BOULIN Dominique 

Délégué Syndical FO des Marchés des Services AUCHAN
Membre Titulaire CSE des  Marchés des Services AUCHAN
Membre CCSE AUCHAN UES exploitation 

 

Voir les commentaires

Rédigé par dominique

Repost0

Publié le 19 Septembre 2020

Rédigé par dominique

Repost0